Road-trip, deuxième étape : Chicago

Road-trip en famille aux US. Découvrez notre aventure nomade et nos péripéties à bord d'un VR

Sur la route, le temps n'a plus vraiment d'emprise. On ne regarde plus tant l'heure qu'il est que la distance parcourue et notre prochain point de chute. On a aussi tout le loisir de contempler le paysage et de se rendre compte que l'Ontario n'est pas dénué de charme. Bien au contraire! A mesure que nous nous rapprochons de la frontière américaine, le relief nous apparaît comme un "trou de verdure où coule une rivière", lumineux et verdoyant. Après une halte au camping Willow Lake, à Woodstock (non, pas celui auquel vous pensez), nous arrivons enfin dans le Michigan par la route 69.

Le monde de Sarnia

(ou comment passer la douane avec un vr remplit de denrées alimentaires...)

On s'était posé la question un millier de fois avant de partir. Que devions-nous conserver ou ne pas conserver pour passer la frontière? Voilà quatre jours que nous sommes sur la route et nous avons accumulés un certain nombre de choses (déjà) depuis notre départ. Malgré nos efforts au quotidien, notre frigo recèle de nombreux trésors pour le poste de douaniers-pirates que nous nous apprêtons à traverser! Je pense notamment aux délicieux pâtés que ma nièce vient tout juste de rapporter de France... Quelques kilomètres avant, nous voilà donc pris d'une soudaine "fringale" et forcé de manger fromages et charcuterie à 10h du matin... Il ne nous manquait plus que le petit vin blanc pour accompagner tout ça!

Heureusement, la plupart des aliments sont généralement admis du moment qu'ils ne sont pas ouverts et qu’ils sont dans leur emballage commercial (étiquetés).

Pour la viande de bœuf, porc, volaille, viande de cervidé et nourriture pour animaux, on doit présenter une preuve de leur origine (facture d'épicerie, étiquette du produit qui indique la province où le produit a été emballé) afin d’autoriser leur passage. Pour le reste (fruits et légumes), ils doivent être déclarés et présentés à l'officier. 

Arrivés sur le pont, à la pointe sud du lac Huron, nous repassons devant toute la horde de camions qui nous avaient doublé sur la route. Une belle ligne de plusieurs kilomètres! Un officier nous indique un endroit pour garer note vr et nous invite manu militari à descendre du véhicule pour rejoindre la salle des douanes.

Nos papiers en mains, j'ai une petite appréhension quand Léa, ma nièce de quinze ans, passe à son tour pour répondre aux questions (en anglais) au douanier qui l'interroge. Je nous imagine passer des heures bloqués dans cet "entre-deux-mondes" à justifier la non présence de ses parents et prouver que nous ne sommes pas des kidnappeurs d'enfants... Mais tout va bien! Elle n'a même pas eu à montrer ses preuve de sortie du territoire et autres autorisations parentales. A peine une heure plus tard, nous rejoignons notre motorisé où il manque quelques avocats et tomates qui n'étaient pas étiquetés...

Ils ont été happé par le monde de Sarnia!

Dormir sur l'autoroute

Après notre expérience douanière, nous allions vivre une autre expérience, et pas des moindre : dormir sur l'autoroute.

Nous avons laissé les kilomètres pour des miles, les dollars canadiens pour les dollars américains mais les airs d'autoroute, elles, sont identiques. Très sommaires, sortes de dégagement avec stationnement pour les camions essentiellement et autre éléments non négligeable: il y en a peu! Nous passons au nord de la ville de Détroit, sans la voir et nous arrêtons en nuit, à l'arrache, tout au bout du stationnement, là où nous pensons être à peu près tranquilles. On ferme les rideaux, on déplie les lits et... bonne nuit.

Jour cinq. 6h du matin. Je suis extirpée de mon sommeil par un soudain grondement de moteur. Un énorme camion vient de se garer juste à côté de nous, à 2 mètres. Je tire le rideau et m'aperçois que le stationnement est plein! Toute la nuit j'ai entendu le vrombissement des voitures sur l'autoroute, à peine à 100 mètres de nous. Heureusement, vers 2h, j'ai enfin pu trouver mes bouchons d'oreille. Les enfants dorment encore. C'est fou leur capacité à sombrer dans le sommeil sans se laisser perturber par le bruit ambiant! 

Alexandre reprend le volant et nous déplace vers un lieu plus calme pour déjeuner. Nous sommes à 2 heures de Chicago et nous avons hâte d'y arriver.

Chicago baby !

Il est midi lorsque nous arrivons dans la troisième plus grande ville des Etats-Unis, dans l'état de l'Illinois. Wahouuuu! C'est la plus grande ville de la région du Midwest, dont elle forme le principal centre économique et culturel. Elle se trouve aussi sur la rive sud-ouest du lac Michigan, un des cinq Grands Lacs d'Amérique du Nord.

Nous trouvons tant bien que mal notre point de chute pour les trois prochains jours, un parking au plus proche de la ville (le parking Mc Cormick Place, Lot B, dont je vais très vite reparler) et ne perdons pas une minute. La ville nous appelle!

Mais comme dans chaque nouvelle ville que  nous visitons, nous n'en connaissons pas les subtilités. Nous tâtonnons beaucoup à trouver le métro pour nous rendre au Downtown. Nous nous perdons littéralement dans le complexe du Mc Cormick Place, montant, descendant les escalators (nombreux), en haut, en bas... non, c'est à gauche, ou plutôt à droite... "Tu as vu le panneau toi? - Non. Il y a un truc d'indiqué, mais je ne sais pas si c'est ça. - Attends, je vais demander"...

Les petites jambes des enfants sont déjà épuisées à tourner en rond.

Enfin, nous trouvons le chemin pour rejoindre la Green Line du métro, que nous empruntons jusqu'à la station Adams/Wabash, dans The Loop. La ligne est aérienne et passe vraiment au raz des appartements. Je m'imagine dans une de ces célèbres séries TV, genre Punky Brewster

The Loop

A part le métro, nous ne prenons pas d'autres moyens de transport. La marche est le meilleur moyen de visiter, même si ce n'est pas toujours facile pour les enfants. Nous arpentons le quartier The Loop ("la boucle", en anglais, pour symboliser le trajet du métro aérien qui fait littéralement une boucle dans le Downtown) en long en large et en travers. Le quartier est riche en magasins, boutiques, cafés. C'est le quartier le plus fréquenté et je dirais le plus "mystérieux" car il est comme encerclé par les immenses buildings et écrasé sous les lignes du métro. On imagine bien les séries et romans policiers se dérouler ici. D'ailleurs, les sirènes constantes des voitures de police et des ambulances viennent confirmer cette impression.

Chicago

Nous nous arrêtons manger au Latinicity, un restaurant consacré aux cuisines latino-américaines, espagnoles et portugaises. Une belle adresse sur State St, qui est aussi le quartier des affaires. Le rythme y est donc trépidant et sans cesse en mouvement. C'est dans The Loop que nous pouvons admirer nombre de sculptures comme celle d'Alexander Calder, Flamingo ou celle de Pablo Picasso, Untitled Picasso.

Margot devant la sculpture d'Alexander Calder, Flamingo

Le Millenium Park

De l'autre côté du quartier The Loop, il y a le Millenium Park et le Grant Park, un grand espace vert qui longe le lac Michigan à la hauteur du centre ville. C'est là que se trouve l'Art Institute of Chicago où je me dit qu'un jour, qui sait, je viendrais suivre des cours... C'est là aussi que nous découvrons la célèbre sculpture en acier inoxydable de l'artiste britannique d'origine indienne Anish Kapoor, The Cloud Gate à la forme d'un haricot.

The Cloud Gate (The Bean), Millenium Park, Chicago

C'est aussi là que se trouve le Maggie Daley Park, un repaire de jeux pour les enfants, avec jeux d'eau, murs d'escalade et autres structures diverses où ils peuvent courir à loisir, grimper, se cacher et s'amuser! C'est une bénédiction pour la famille que nous sommes et c'est même difficile de leur annoncer que nous devons repartir pour continuer notre visite...

La Willis Tower

Nous retournons dans The Loop en direction de la Willis Tower, mieux connue sous son ancien nom de Sears Tower. Ce gratte-ciel de 110 étages a été le plus haut d'Amérique jusqu'à l'inauguration du One World Trade Center de New-York en 2014. Il culmine en effet à 442 mètres (527 en comptant les antennes au sommet).

Nous montons jusqu'au 103e étage où a été aménagé un observatoire, le Skydeck et d'où nous pouvons observer la ville à 360° à travers de grandes baies vitrées et des "boites" de verre rétractables où l'on voit le vide sous nos pieds. Très impressionnant!

La journée est longue. Nous cherchons un endroit pour goûter la fameuse Deep Dish Pizza et nous tombons sur le célèbre restaurant Giordano's, sur Randolph St. Les enfants sont épuisés (nous aussi). Il est 21h, la pizza est commandée, mais Quentin ne la goûtera pas... Il s'est endormi sur la banquette du restaurant.

A 22h30, à bout de bras, nous portons les enfants à travers les rues de Chicago jusqu'à notre logement de fortune, coincé entre l'autoroute, la ligne de chemin de fer et celle des lignes de l'aéroport, sans nous douter que la nuit allait être aussi épique que cette folle journée...

Crédit photos : Sabrina Lucas

Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 4

Laisser un commentaire